Chargement

Que pensent les indépendants de leurs régimes de retraites

Posté le : 19/03/2019

L’enquête réalisée par Pro’Action Retraite est inédite par son ampleur. 47 977 personnes ont répondu, au moins partiellement, à cette enquête très complète. Soit un taux de participation de près de 30 % des personnes dépendantes des 5 principales caisses de retraite (CARCDSF, Caisse Autonome de Retraite des Chirurgiens-Dentistes et des Sages-Femmes ; CARPV, Caisse Autonome de Retraite et de Prévoyance des Vétérinaires ; CAVEC, Caisse d’Assurance Vieillesse des Experts-comptables et des Commissaires aux comptes ; CAVP, Caisse d’Assurance Vieillesse des Pharmaciens ; CPRN, Caisse de Prévoyance et de Retraite des Notaires).

Premier enseignement de cette enquête : les indépendants sont très attachés à leurs régimes de retraite et à la spécificité de leur exercice indépendant. Ainsi à la question : « Pensez-vous qu’une réforme des retraites soit nécessaire à votre profession ? », 80 % des Notaires interrogés, par exemple, répondent par la négative. Avec 40 % de « non », ce choix arrive également en tête chez les chirurgiens-dentistes et les sages-femmes.

Pourquoi les indépendants sont-ils farouchement attachés à leurs régimes ?

D’abord parce qu’ils prennent en compte les spécificités de différents métiers (95 % des répondants). Parce que ces régimes professionnels offrent de la souplesse pour investir dans leur activité professionnelle (86 %). De plus, ils incitent à la responsabilité (83 %) et permettent d’anticiper le futur (88 %).

Concrètement, le système actuel est jugé flexible par la modulation du taux d’effort. Il permet une grande souplesse dans la modulation de l’âge de départ à la retraite. Géré en points, il autorise un cumul emploi/retraite adapté. Il comporte un système de réversion avec option.

À la question « Compte tenu de votre activité professionnelle, un régime unique peut-il répondre à l’ensemble de vos besoins ». Le « Non », l’emporte très largement, entre 57 % et 77 %, selon les caisses. Car pour plus de 80 % des indépendants, le futur système de retraite devra préserver leurs spécificités. Et surtout être géré par la profession, notamment en ce qui concerne la revalorisation des pensions de retraite et l’accompagnement de la dépendance liée à l’âge. Unanimité également sur le fait que les réserves prudentielles constituées aux prix d’effort de ces professions ne doivent pas être mutualisées. Les professionnels indépendants sont particulièrement attachés à leur Caisse de retraite professionnelle, fortement concernés par l’avenir de leur régime de retraite, et seront particulièrement attentifs à la réforme qui sera menée.

Autres articles

Le RSI évolue, enfin !

Il y a du nouveau pour le régime social des indépendants (RSI), concernant les délais de carence en cas de maladie et de grossesse.

Lire la suite

Ou gagne-on le mieux sa vie comme indépendant ?

Les professionnels indépendants, hors secteur agricole et auto-entrepreneurs, ont retiré en moyenne 3 260 € par mois de leur activité non salariée, selon la dernière enquête de l'INSEE qui constat de fortes disparités entre le Nord et le Sud.

Lire la suite

Fin programmée du Régime social des indépendants

Chose promise… Comme l'avait annoncé le Président de la République lors de sa campagne, le Régime social des indépendants (RSI) va disparaître. Il était temps !

Lire la suite

Les jeunes préparent mieux leur retraite que leurs ainés

A l’occasion des « deuxièmes Rendez-vous de la retraite », l’Agirc-Arrco, le régime de retraite complémentaire du secteur privé a fait réaliser une enquête sur « les Français face à la retraite. »

Lire la suite

Le PEPP, un Perp européen

La Commission européenne vient de présenter une proposition visant à mettre en place un produit d'épargne-retraite individuelle, appelé PEPP. Détails !

Lire la suite

Retraites Complémentaires : la baisse est actée

Selon une étude du Conseil d’Orientation des retraites (COR), dévoilée le 5 avril 2016 par Le Figaro, les salariés doivent s’attendre à une baisse de leur pension de retraite complémentaire dans les régimes AGIRC/ARRCO. « Un cadre né en 1959, voulant partir à la retraite dès qu'il a cotisé suffisamment longtemps au régime de base, perdra ainsi environ 14,5 % de sa pension complémentaire. Cette « perte» relative s'accentuera au fil des générations pour atteindre plus de 17 % pour un cadre né en 1990. Les salariés non cadres y laisseront un peu plus, soit près de 18 % pour la génération 1990 », précise le journal.

Lire la suite